Warning: Cannot modify header information - headers already sent by (output started at /home/sciencea/www/forum/forum/main.php:38) in /home/sciencea/www/forum/forum/main.php on line 229
Forum de physique - scienceamusante.net
Forum de physique
Le nouveau système de forum de discussion de scienceamusante.net est ouvert :
forum.scienceamusante.net
Nous vous invitons à vous y inscrire et à l'utiliser.
Le présent forum est accessible en lecture seulement.
(L'inscription et la création de nouveaux sujets ne sont plus possibles.)
Retour au forumFaire une recherche

Pages :  1

électrons muons [14030]

sutom

Voir son profil

Activité : 0.5 / 5
Rang : Atome
200 messages postés


Posté le : 21/04/2006, 19:02 (Lu 18852 fois)
RÉPONDRE
CITER

Commentaire :  muons électrons


je n'ai que peu de connaissances dans ces domaines , mais récemment , j'ai appris que l'on augmentait la masse des électrons en les rapprochant les uns des autres . l'énergie du champ électrostatique trouvant son origine et sa "matérialité" dans la masse de la particule .
Ma question est : si on augmente la masse de deux électrons en les rapprochant jusqu'à ce qu'ils atteignent la masse du muon , et sachant que ce qui distingue le muon de l'électron n'est que sa masse ( à ma connaissance ) , auront ils la même durée de vie ?( soit quelques nanosecondes , et là je rêve , ce qui permettrait de libérer la totalité de l'énergie de masse de cette "bulle" qu'est l'électron .)


l'éternité , c'est long ... surtout vers la fin .
en thermodynamique comme ailleurs, peu importe le chemin parcouru, l'important c'est le résultat.

Re: électrons muons [14041]

arno

Voir son profil  MSN messenger : arnoledingue1@hotmail.com

Activité : 1 / 5
Rang : Atome
315 messages postés


Posté le : 21/04/2006, 22:03 (Lu 18842 fois)
RÉPONDRE
CITER

euh la c est vraiment dur comme question j ai essayé wikipedia mais ça ne donne rien.
cependant on peu imaginer que cela fonctionne etant donné que seul la masse differencie le muon-
de l electron:
ce sont tous deux des leptons, meme charge,meme spin(1/2) etc...
donc en apparence rien ne les differencis alors on peut supposer que oui, si on reussi a augmenter la masse de chacun jusqu a celle du muon, alors on obtiendra peu etre une desintegration.
mais il y a quand meme quelquechose d etrange.Car l electron , meme en augmentant sa masse , reste un electron.donc (supposons) qu il se desintegre, il emet de neutrinos electroniques
cependant le muon lorsqu il se desintegre emet des neutrinos muoniques.
En plus l electrons est stable a tous les niveaux d energie, donc cela m etonnerait que si on augmente sa masse il deviennet instable,a moins qu il se transforme en muon mais je ne vois pas par quel moyen cela serait possible (sauf peut etre grace a la force faible)
@+( nous voila reparti sur une longue discussion)


Re: électrons muons [14059]

sutom

Voir son profil

Activité : 0.5 / 5
Rang : Atome
200 messages postés


Posté le : 21/04/2006, 23:06 (Lu 18836 fois)
RÉPONDRE
CITER

je crois oui , et surtout pleine de spéculations , mais pour l'instant précisément ,qu'est ce qui différencie un neutrino muonique d'un neutrino électronique , est ce sa masse ?
En fait pour tout dévoiler tout de suite , ce n'est pas qu'il sagisse d'une nouvelle théorie révolutionaire , mais je me suis dit que lors de la désintégration particule-antiparticule , dans le cas où on immaginerait une superposition des deux particules , on obtenait une superposition des champs et une annulation parfaite , peut-être que c'est cette annulation qui libère l'énergie de masse des deux particules . Comme il n'y a pas de désintégration de l'électron avec le proton , je supposais que c'était car les champs ne se superposait pas ( car l'électron peut se trouver au centre pour l'hydrogène , probabilité non nulle ) .
Donc partant du concept que c'était le " repli " du champ électromagnétique qui contenait la masse dans une portion d'espace limitée , je me suis dit qu'à l'inverse , cette valeur de champ ne pouvait pas contenir une masse trop importante comme celle du muon et donc que l'électron porté à une masse valant celle du muon de vait se désintégrer . Mais tout ceci n'est pas très sérieux et je n'ai pas (encore) dit que c'était sur , voilà .


Ps : je sais qu'en mécanique quantique il ne faut pas bla bla bla ... utiliser une paricule comme un point précis , mais c'est pas grave , on fait comme si .


l'éternité , c'est long ... surtout vers la fin .
en thermodynamique comme ailleurs, peu importe le chemin parcouru, l'important c'est le résultat.

Re: électrons muons [14063]

sutom

Voir son profil

Activité : 0.5 / 5
Rang : Atome
200 messages postés


Posté le : 21/04/2006, 23:21 (Lu 18834 fois)
RÉPONDRE
CITER

je viens de calculer la vitesse qu'il faudrait à l'électron relativiste pour atteindre une énergie correspondant à une masse valant celle du muon , elle est de 0,999988331 c soit vraiment quasiment 299792458 m/s vitesse je le pense jamais atteinte .


l'éternité , c'est long ... surtout vers la fin .
en thermodynamique comme ailleurs, peu importe le chemin parcouru, l'important c'est le résultat.

Re: électrons muons [14069]

arno

Voir son profil  MSN messenger : arnoledingue1@hotmail.com

Activité : 1 / 5
Rang : Atome
315 messages postés


Posté le : 21/04/2006, 23:53 (Lu 18831 fois)
RÉPONDRE
CITER

daccord je crois qu on ne peut aller plus loin si on a pas les equations, sinon ce ne sera que des pures speculations dont la moitié sera inutile.
il nous faut donc les equations afin de pouvoir trouver l augmentation de la masse d un electron lorsqu on le rapproche d un autre.
de plus j ai fait des recherches sur internet et aucune ne mentionne la possible desintegration de l electron.
cela peu etre utile a savoir:
le muon- se desintegre par l emission d un boson W-;d un neutrino muonique;.le boson W- se desintegre lui meme en e- et en antineutrino electronique.
je crois qu il faut a tous pris cerner la difference entre le muon et l electron qui fait que l un est instable et l autre pas.
peu etre est ce dût a un rapport energie masse/champ magnetique ou "volume" qui fait la difference...
sa demande reflection en tout cas
@+


Re: électrons muons [14088]

sutom

Voir son profil

Activité : 0.5 / 5
Rang : Atome
200 messages postés


Posté le : 22/04/2006, 12:38 (Lu 18820 fois)
RÉPONDRE
CITER

oui , mais on n'a réellement aucunes données , j'aurai du regarder en quoi se désintégrait un muon , effectivement , si il se désintègre en W- puis en électron , ça ne sert à rien . Mais pour l'augmentation de la masse , l'équation n'est pas compliqué , elle est en Ep/c^2 où Ep est l'énergie potentielle électrostatique , ? 10^9 qq/d avec d , distance entre les deux électrons .

de toute façon ça ne se tient pas , puisque si on augmente sa masse par la vitesse , cette vitesse étant relative sa masse n'augmentera pas suffisament pour quelqu'un qui va ne serait-ce qu'un tout petit peu dans son sens , et donc ne se désintégrera pas alors qu'elle se désintègrerait pour l'autre observateur. ( même si son temps de vie augmente , dut à la dilatation du temps )

voilà désolé .

----------
Edité le 22/04/2006 à 12:48 par sutom


l'éternité , c'est long ... surtout vers la fin .
en thermodynamique comme ailleurs, peu importe le chemin parcouru, l'important c'est le résultat.

Re: électrons muons [14127]

arno

Voir son profil  MSN messenger : arnoledingue1@hotmail.com

Activité : 1 / 5
Rang : Atome
315 messages postés


Posté le : 22/04/2006, 16:22 (Lu 18792 fois)
RÉPONDRE
CITER

desole de quoi?
0,999988331 c soit vraiment quasiment 299792458 m/s
cette vitesse a deja ete atteinte puisque au CERN dans un sinchrotron on a reussi a accelerer des muons a la vitesse de 0.999999999 c donc comme le muon est plus massif que l electron on a certainement deja atteint cette vitesse pour l electron qui est plus leger. donc si on avait observé une desintegration on en aurait certainement parlé.

lorsque tu dis:
Citation
de toute façon ça ne se tient pas , puisque si on augmente sa masse par la vitesse , cette vitesse étant relative sa masse n'augmentera pas suffisament pour quelqu'un qui va ne serait-ce qu'un tout petit peu dans son sens , et donc ne se désintégrera pas alors qu'elle se désintègrerait pour l'autre observateur. ( même si son temps de vie augmente , dut à la dilatation du temps )


supposons que l electron se desintegre a 0.999999331 c .
si on accelere un e- a cette vitesse et qu il obtient alors les caracteritique du muon il se desintegrera bien pour les deux observateur,peu importe leur vitesse relative ou leur direction.
il y aura cependant pour chacun des observateurs des modifications dûent a leur vitesses respectives(temps, distances donc vitesses) auquelles je n ai pas le temps de reflechir , je repondrait plus tard si je trouve)
mais dans ton equation q = coulombs?
alors "qq" qu est ce que sa signifie. dois je comprendre: (10^9)2/d
et a quoi correspond le "?"
je ne connais pas du tout cette equation...
bon @+
ps: la desintegration du muon est bien celle que j ai decrite.(trouvée sur plusieurs site)

Re: électrons muons [14130]

sutom

Voir son profil

Activité : 0.5 / 5
Rang : Atome
200 messages postés


Posté le : 22/04/2006, 17:42 (Lu 18788 fois)
RÉPONDRE
CITER

pourquoi se désintégrerait il du point de vue de quelqu'un qui le suit ?( lui même composé de plein d'électrons mais passons ) il n'y a pas augmentation de la masse de ce dernier pour lui , alors qu'elle existe pour l'autre , même si il ne le suit pas exactement à la même vitesse .Il restera un électron immobile .

q est la charge élémentaire e ( en coulombs ). Tout cela vient de la dernière discussion , j'ai demandé une confirmation à un professeur enseignant la relativité générale ( david sénéchal ) et si il s'avère que lorsqu'on a plusieurs électrons et plusieurs positrons la répulsion entre les particules de même signe augmente la masse se façon à ne pas faire diminuer la masse de tout le système en fonction du carré du nombre de charge , pour des charges de même signe , la masse augmente en fonction du carré du nombre de charge .
L'équation est donc l'équation de l'énergie potentielle électrostatique divisée par le carré de la lumière qq*10^9 / rc2
Cette équation traduit l'énergie potentielle , partons du Potentiel avec un grand P si on cherche le potentiel d'une charge négative on a -e10^9/r si on met à la distance r une charge positiveon obtient - e^2*10^9/r ce qui traduit l'énergie potentielle d'une force attractive , si on pose une charge négative , on obtient e^2*10^9/r ce qui traduit l'energie potentielle d'une force répulsive , car -*- = +

C'est beaucoup mieux car sa donne une origine à l'énergie de toutes les forces ( électrostatique , forte , faible , gravité )et à leur conservation , toutes puisent leur énergie dans la masse et inversement la masse est l'expression de l'énergie de ces forces .

moi je savais pas qu'on avait atteint ces vitesses ( ou peut-être que si maintenant que tu le dis ), c'est impressionant .


l'éternité , c'est long ... surtout vers la fin .
en thermodynamique comme ailleurs, peu importe le chemin parcouru, l'important c'est le résultat.

Re: électrons muons [14182]

arno

Voir son profil  MSN messenger : arnoledingue1@hotmail.com

Activité : 1 / 5
Rang : Atome
315 messages postés


Posté le : 23/04/2006, 12:47 (Lu 18746 fois)
RÉPONDRE
CITER

c est vrai que laà sa pose un petit probleme.
Car je ne vois pas ce qui peut empecher un electron (dans notre hypothese) de se desintegrer , il le fera forcement lorsqu il aura atteint une vitesse bien precise( mais par rapport a quel referentiel!) .Je comprend ton doute(le mien est le meme) car il est vrai que dans le referentiel de l observateur A qui suit l electron a la meme vitesse, l e- est immobile donc pour lui il ne devrait pas se desintegrer.le probleme est plus complexe qu il n y parait...
cependant je pense que notre obsevateur A ne se desintegrera pas a la meme vitesse( lorsque tu dis"lui même composé de plein d'électrons") car il est composé d electrons soit, mais aussi de protons qui exercent une force d attraction sur ces electrons et qui ainsi leur retire de la masse.
donc sa vitesse de desintegration sera superieure a celle d un electron seul.
@+



Re: électrons muons [14223]

sutom

Voir son profil

Activité : 0.5 / 5
Rang : Atome
200 messages postés


Posté le : 24/04/2006, 14:11 (Lu 18734 fois)
RÉPONDRE
CITER

peut-être que simplement , nous sommes arrivés à la conclusion qu'une masse trop importante n'est pas à l'origine de la désintégration d'une particule . Ou , plus fantaisiste , peut-être qu'apparaissent uniquement dans un réferentiel , des neutrinos , faisant des neutrinos des " particules " relativistes , j'avoue que c'est très très poussé ( voire absurde ) et les neutrinos étant déjà très difficilement détectable ...


l'éternité , c'est long ... surtout vers la fin .
en thermodynamique comme ailleurs, peu importe le chemin parcouru, l'important c'est le résultat.

Re: électrons muons [15955]

arno

Voir son profil  MSN messenger : arnoledingue1@hotmail.com

Activité : 1 / 5
Rang : Atome
315 messages postés


Posté le : 21/05/2006, 11:51 (Lu 18479 fois)
RÉPONDRE
CITER

sans parler des effets relativistes.
imaginons que l'on ai deux e- immobiles dans un referentiel.
on les rapproche l'un de l autre de sorte que leurs masses respectives augmentent.
j'ai imaginé une chose qui me parait tout a fait possible.

une fois que les electrons auront atteint une masse/energie donnée il vont en quelques sorte se"decharger" de toute cette energie suplémentaire en emettant ,comme le muon, un neutrino muonique et un antineutrino electronique mais il n'emetra pas d 'electron puisqu il en est deja un.
du coup si on fait la somme de toute les energies masses des particules ainsi crée + l'e- alors on retrouve bien l'energie de l'e- lorsqu il avait une forte energie/masse.

oui je pense que ce n'est pas la masse qui est responsable de la desintegration d'une particule.
et dans le cas que je cite l e- ne se desintegre pas il perd juste son surplus d'energie mais je ne pense pas que cela soit possible car ce phenomene aurait sans doute eté observé en laboratoire et il serait donc impossible d'accelerer un e- a une vitesse superieure 0.999999331 c car a cette vitesse il perdrais toute son energie et donc s'arreterais brusquement .
donc l'e- est , je le pense, une particule parfaitement stable qui ne se desintegre dans aucun cas(sauf lorsqu il rencontre son antiparticule).
@+

Re: électrons muons [30125]

arno

Voir son profil  MSN messenger : arnoledingue1@hotmail.com

Activité : 1 / 5
Rang : Atome
315 messages postés


Posté le : 20/11/2006, 17:02 (Lu 17677 fois)
RÉPONDRE
CITER

je relance le sujet
je pose la question dans l'autre sens :
pourquoi le muon se desintegre t'il?
sutom si tu es la frappe trois fois lol
@+

Re: électrons muons [30133]

sutom

Voir son profil

Activité : 0.5 / 5
Rang : Atome
200 messages postés


Posté le : 20/11/2006, 18:35 (Lu 17673 fois)
RÉPONDRE
CITER

ça on pourrait le demander pour tout, y compris pour la radioactivité. J'ai d'ailleurs lu qu'on pouvait induire une fission par ( un peu) nimporte quel apport d'énergie, pourquoi pas les fluctuations du vide (oui je sais encore...).


l'éternité , c'est long ... surtout vers la fin .
en thermodynamique comme ailleurs, peu importe le chemin parcouru, l'important c'est le résultat.

Re: électrons muons [30358]

arno

Voir son profil  MSN messenger : arnoledingue1@hotmail.com

Activité : 1 / 5
Rang : Atome
315 messages postés


Posté le : 23/11/2006, 13:19 (Lu 17614 fois)
RÉPONDRE
CITER

pourquoi pas les fluctuations de vide?
explique toi?
@+

Re: électrons muons [30401]

sutom

Voir son profil

Activité : 0.5 / 5
Rang : Atome
200 messages postés


Posté le : 23/11/2006, 19:14 (Lu 17606 fois)
RÉPONDRE
CITER

ben pour le muon je suppose que son instabilité est du à d'autres choses, c'est surement constitutionnel et on doit avoir des explications valables. Mais pour la radioactivité plutôt que de dire que certains atomes se désintègrent rapidement et d'autres moins mais en différentes proportions, on peut imaginer qu'ils se désintègrent tous à une même énergie (paramètre fixe) et que l'aléatoire vient de cette énergie, par exemple comme les rayons les + énergétiques ont un temps de vie plus court dans les fluctuations, certains atomes ont une probabilité de n'en rencontrer que dans 2 heures d'autres (moins nombreux ) dans 6 heures etc etc...
La proba de désintégration ne serait pas intrinsèque mais induite par cette énergie fluctuante.Enfin ce n'est que ma petite hypothèse, j'aimerais bien pouvoir étudier ces fluctuations en détail, je suis sûr que ça s'applique à plein de choses, mais pour l'instant...
A ce propos je cherche un calcul précis pour l'effet doppler pour un corps en accélération, ma question : les fluctuations respectent elles la relativité?




l'éternité , c'est long ... surtout vers la fin .
en thermodynamique comme ailleurs, peu importe le chemin parcouru, l'important c'est le résultat.

Re: électrons muons [30895]

arno

Voir son profil  MSN messenger : arnoledingue1@hotmail.com

Activité : 1 / 5
Rang : Atome
315 messages postés


Posté le : 30/11/2006, 21:20 (Lu 17499 fois)
RÉPONDRE
CITER

oui c'est possible, par contre quels peuvent être ces "rayons"?
on peut aussi imaginé que cela se passe comme pour la désintégration bêta + et bêta -.
c'est à dire que le muon rencontre une autre particule avec laquelle il va échanger des bosons Z0 W- ou W+.
Cela entraînera donc sa désintégration, c’est d’ailleurs certainement cela qui se passe.
Dans ce cas là on peut imaginer que pour que telle particule se désintègre, elle doit en rencontrer une autre qui aura des caractéristiques bien particulières et ainsi elles échangerons des bosons d’énergie suffisante pour les faire se désintégrer.
Dans ce cas là l’électron ne se désintègre pas car il n’existe pas de particules qui réunis ces caractéristiques.

Au delà de mon petit raisonnement un peu hors sujet on peu en effet imaginer que les particules se désintègrent à une énergie bien précise et que cette énergie est plus « difficile » à atteindre pour certains que pour d’autres.
On peut donc imaginer que le muon se désintègre lorsqu il capte la particule X d’une énergie E.
Et une autre particule se désintègre se désintègre si elle capte la particule X d’énergie E’.
Il y a une chose :
-comment explique tu le fait que le muon se désintègre moins vite lorsqu il a une vitesse proche de c ?
autre chose :
- si le muon se désintègre bien à une énergie donnée , cela veut dire que si on le chauffe avec un laser alors il va finir par se désintégrer ?

autre chose : tu cherche les équations qui permettent de calculer l’effet doppler ?
ensuite je pense en effet que les fluctuations du vide quantique obéissent à la relativité, certainement que les particules émises y obéissent et il est quasiment certain que le vide y obéisse aussi, en effet le vide est partie intégrante de l’espace, donc si l’espace est modifié dans sa géométrie par les phénomènes relativistes alors le vide l’est aussi…
par contre je ne sais pas quels en sont les effets.
Les particules émises sont elles plus énergétiques ?
Je pense que les particules émises « vivent » plus longtemps, en effet si le temps est « ralenti » , dilaté , alors les particules émises pourront avec une même énergie, durer plus longtemps avant d’être réabsorbées par le vide.


A par cela , te rappelle tu d’une discussion où j’en étais arrivé a dire qu’ à mon avis, si on faisait un petit bidouillage au niveau des équations de newton, on pouvait alors expliquer pourquoi la lumière est déviée par les gravitons ( et oui j’aime cette théorie) dévient les photons, sans passer pour cela par une hypothétique déformation de l’espace temps.
En effet nous avions « retrouvé » l’équation : m= h/(c.A) où A était la longueur d’onde et h la constante de Planck. On fait alors correspondre une masse à l’énergie du photon.
Ainsi on peut prendre les équations de newtons on peut expliquer avec une masse que j’avais qualifiée de « virtuelle » le fait que la lumière est attirée par les gravitons.
Mais en y réfléchissant on voit qu il est plus simple de dire que les gravitons attirent l’énergie et donc le photon .
On peut alors écrire : F=G.h.m/(d².c.A1) avec A1 la longueur d’onde du photon.
On peut aussi en disant E=mc²/Y avec Y =racine de (1-v²/c²)
Dire m=E.Y/c²
On peut alors écrire F=G.E1.Y1.E2.Y2/((c²)².d²) avec E1 Y1 E2 Y2 les énergies et transformations de lorentz respectives aux corps 1 et 2
Ainsi on introduit les effets relativiste dans les équations de newton.
Certain trouverons inutiles le passage par le mot « énerie » il me paraît nécessaire dans la démarche.
@+


Re: électrons muons [30924]

sutom

Voir son profil

Activité : 0.5 / 5
Rang : Atome
200 messages postés


Posté le : 01/12/2006, 14:14 (Lu 17476 fois)
RÉPONDRE
CITER

Tu ne réponds pas vite mais quand tu réponds c'est long.

Je pensais uniquement à la radioactivité, les fluctuations du vide ne produisent pas que des paires d'électrons positrons, mais aussi des rayonnement élctromagnétiques ( en majorité en fait), c'est de ces rayons dont je parlais, après la fréquence, il s'agirait d'un seuil.

Mais pour ton échange de bosons entre le muon et une particule hypothétique, je ne sais pas, je n'ai pas tout compris, je ne connais vraiment pas les raisons de sa désintégration mais il me semble que le modèle standard calcule son temps de vie.


C'est à dire comment je l'explique? Si c'est prévu par la relativité et confirmé par l'expérience, c'est expliqué, le muon se désintègre en un temps propre fixe, mais en un temps observé différent.

Je cherche en effet les équations de l'effet doppler en vitesse constante ET en accélération, j'ai déjà essayé à vitesse constante mais j'ai trouvé un résultat différent. J'ai cherché avec dt.dE>=(h/2pi) en supposant qu'un couple dt'.dE' après émission et décalage était égal à dt.dE
dt.dE=dt'dE' mais le résultat change, or le principe de relativité interdit qu'il y ait une différence entre mouvement rectiligne uniforme et mouvement nul.

Il faudrait que tu m'explique plus en profondeur ton histoire d'échange entre photon et graviton, je ne m'en souviens pas bien. Mais c'est assez indéniable que l'espace est courbé, et qu'il dirige les photons, alors peut-être qu'avec ton histoire de graviton, tu peux trouver ce qui courbe l'espace temps, (parceque d'accord c'est l'énergie, mais sous qu'elle forme?).

Enfin tout ça est très très très spéculatif, je me demande comment les gens du forum voient cette discussion d'allumés.J'aimerais ne pas finir comme les frères bogdanov, tout en laissant la porte ouverte ax idées.



l'éternité , c'est long ... surtout vers la fin .
en thermodynamique comme ailleurs, peu importe le chemin parcouru, l'important c'est le résultat.

Re: électrons muons [30950]

darrigan
Modérateur

Voir son profil  Son site web : http://forum.scienceamusante.net/index.php

2872 messages postés


Posté le : 01/12/2006, 19:10 (Lu 17457 fois)
RÉPONDRE
CITER

Citation : sutom
je me demande comment les gens du forum voient cette discussion d'allumés.


Bin déjà faut s'accrocher pour avoir envie de lire vos pavés !
Et puis ensuite faut s'accrocher pour comprendre vos conversations !

Re: électrons muons [30962]

arno

Voir son profil  MSN messenger : arnoledingue1@hotmail.com

Activité : 1 / 5
Rang : Atome
315 messages postés


Posté le : 01/12/2006, 21:22 (Lu 17446 fois)
RÉPONDRE
CITER

qu est ce qu ils ont fait les frères bogdanov? escuse moi mon manque de culture...
Pour le coup du photon et graviton le fait qu on passe par l'énergie n'est pas tres important en soit, c'est juste le cheminement de ma pensée qui passe par là. sinon au final je revien au bonne vieilles masses donc rien de tres différent dans cela à un point prés,que je rajoute les effets relativistes...
Au fait je viens de voir qu il existe un neutrino muonique, chose que j'avais déja vu mais pas pércutée.
Et...
revenons à la désintegration bêta, le proton absorbe un neutrino electronique selon la desintegration:
E+ p+v-e==>n+e++v
on voit que le proton absorbe un antineutrino electronique et donne à la fin un électron.
on voit dans la desintegration du muon (décrite plus haut) qu il emet un neutrino muonique.
Je suis convaincu que la solution se trouve ici: le muon absorberais alors un antineutrino muonique et entrainerais ensuite sa désintegration.
le phenomene de desintegration à cause du neutrino se retrouve dans les 2 désintegration bêta et on trouve dans un sens le neutrino electronique et a la fin l'antineutrino, et dans l'autre sens l'antineutrino et a la fin le neutrino electronique.
J'ai l'impression que le neutrino est un catalyseur de réaction avec la force forte.
peut etre que ce rayonnement n'est autre que le neutrino.
ainsi de par leur diametre et le constitution certaines particules ont plus de chance de rencontrer les neutrinos specifiques à leur desintegration ( qui doivent etres + ou - courant) et ainci on explique le temps de vie des particules.
A mon avis le fait qu en apportant de l'energie à un atome potentiellement fissible on puisse accélerer sa desintegration vient du fait qu on apporte au proton de l'énergie, énergie qui lui est indispensable pour se desintegrer en proton. Mais cela me séduit moins.
Il faut trouver une meilleure explication.
pour le coup de l'energie qui deforme l'espace temps mieux vaut en parler sur msn car s'est plus phylosophique, c'est moins rationnelle et moins important.

Pour l'effet Doppler je te renvoie sur wikipedia qui sera plus clair que moi: http://fr.wikipedia.org/wiki/Effet_Doppler-Fizeau
Pourrait tu me preciser de quelle maniere le rayonnement électromagnetique joue sur la demi vie d'un élément ?
@+


Re: électrons muons [31109]

sutom

Voir son profil

Activité : 0.5 / 5
Rang : Atome
200 messages postés


Posté le : 03/12/2006, 20:54 (Lu 17391 fois)
RÉPONDRE
CITER

Y en a qui lisent en fait!!!
j'ai déjà lu le truc sur l'effet doppler et si tu veux je t'expliquerais mon problème en détail mais il faut s'imaginer toute une situation et c'est long.

Tu es sûr que toutes les désintégrations bêta se déroulent comme ça?( au passage tu dis que le proton absorbe un neutrino avant ta formule et qu'il absorbe un anti neutrino après, tu dis aussi "on apporte au proton de l'énergie, énergie qui lui est indispensable pour se desintegrer en proton", tu voulais surement dire en neutron)
En tout cas il faut que tu vérifies ton histoire de diamètre c'est une bonne idée, je me suis demandé en te lisant au début comment tu comptais expliquer le fait que le muon se désintègre beaucoup plus rapisement que le proton.( dans ton hypothèse) Ca s'est vu un proton qui se désintégrait sans accélérateur?
Pour ce qui est de la captation d'énergie par des particules c'est clair que le terme énergie est vague, mais que se soit des particules massives ou des rayonnements électromagnétiques, les niveaux d'énergie augmentent lorsqu'on les absorbe, niveaux associés à la force électromagnétiques ou à la force nucléaire, la force forte obéit aussi à la quantification d'énergie!!!

Mais pour la courbure de l'espace temps, ce n'est absolument pas philosophique, la masse est une expression de l'énergie, E=mc 2 c'est assez rigoureux, peu importe sa forme, l'énerie "courbe" l'espace temps.Moi non plus je n'aime pas l'expression courber l'espace temps, j'ai étudier un peu les histoires de tension superficielle, et je dirais que ça se rapproche plus de ça.

Perso je suis toujours interloqué de voir que lorsque deux particules et antiparticule se rencontrent la force électromagnétique ne s'arrête pas alors qu'une différence de masse et des charges identiques n'entraine pas de désintégration mais une barrière répulsive.



l'éternité , c'est long ... surtout vers la fin .
en thermodynamique comme ailleurs, peu importe le chemin parcouru, l'important c'est le résultat.

Re: électrons muons

arno

Voir son profil  MSN messenger : arnoledingue1@hotmail.com

Activité : 1 / 5
Rang : Atome
315 messages postés


Posté le : 07/12/2006, 12:02 (Lu 17342 fois)
RÉPONDRE
CITER

ok j'y réfléchi, là j'ai pas trop le temps mais la réponse viendra certainement ce week end...
je corrigerais aussi l'histoire proton- proton, en effet je me suis trompé, un des deux est en fait "neutron" je regarderais en detail pour savoir lequel.
@+

Pages :  1

Aztek Forum V4.00 Copyright (C) 2003

© Anima-Science. Tous droits réservés pour tous pays. À propos de scienceamusante.net - Contact